Culture — Évenement

Boogie, swing, blues and jazz : un festival de caractère !

Publié le

Chicago période de prohibition. Car l’essence même du boogie, c’est l’improvisation. Faire un bœuf dans le bar du coin, voire dans la rue. Le plaisir des rencontres autour de la musique, où chacun peut apporter son instrument. Au « 107 », bar au cœur du village, deux pianos ouverts, un instrument à corde et une caisse claire enflamment le public entassé dans l’estaminet. Toute la nuit, ça « jamme » !

CDT15/Ville_Laroquebrou (AT)

Dix mille festivaliers à Laroquebrou chaque année

« Lorsque les artistes américains posent les pieds sur le quai de la gare, leur première réaction est toujours la même : « waouh ! » », s’enthousiasme Jean-Pierre Amouroux. Laroquebrou, labélisée « petite citée de caractère », séduit par son authenticité et la convivialité des habitants et bénévoles du festival, aussi passionnés qu’accueillants. « De Claude Bolling à Linda Hopkins en passant par le célèbre Axel Zwingenberger ou Kenny Mance, le festival jouit d’une reconnaissance mondiale et rassemble chaque année près de dix mille festivaliers, parmi lesquels des fidèles », se félicite Jean-Pierre Amouroux.

Quand vient le moment du big band, pas moins de quinze musiciens galvanisent la scène. On se laisse emporter par la musique jusqu’à rejoindre la piste où se déhanchent professionnels, débutants et amateurs décomplexés.

Info + : Le festival propose aussi, en amont, des stages de danse avec une quinzaine de professeurs de toutes nationalités, pour apprendre le boogie, le lindy-hop, le charleston ou le jazz roots. Ou bien se perfectionner aux côtés de champions du monde venus partager leur art avant de monter sur scène lors des concerts du soir.

CDT15/Ville_Laroquebrou (AT)

Du swing et des looks soignés pour tous les publics

Toute la journée, jupes et courtes robes dévoilent au détour d’une passe de rock un shorty de couleur, de petites tennis blanches. Barbes et lunettes vintage s’invitent chez les hommes. Et que dire des coiffures ? Un marché vintage s’installe d’ailleurs le temps du festival avec vêtements, objets, vinyles et… coiffeurs !

L’heure du concert venue, on dévisage ces looks sur la piste de danse qui jouxte la grande scène avec, en prime, d’improbables chaussures assorties aux extravagantes tenues.

On comprend alors que dans le boogie, les pompes, ça compte !

 

Textes Sylvie Favat

Vos favoris

Votre panier est vide.