Randonnée — Volcan

Le Cantal : terre de randonnées

Publié le

Faire le tour du plus grand volcan d'Europe en huit jours (ou moins !) est à la portée de tout randonneur aguerri. Le GR 400, qui évolue sur 140 km entre 750 et 1 855 m d'altitude, offre des hébergements à chaque étape. On peut aussi sillonner les monts du Cantal en boucles autour du Puy-Mary et autres sommets emblématiques !

CDT15/P.Soissons

Autour du volcan cantalien

L’itinéraire, qui évolue entre 750 et 1 855 m d’altitude, est à la portée de tout randonneur aguerri, avec des hébergements possibles à chaque étape, pour la plupart labellisés Rando Accueil. Que les marcheurs moins entraînés se rassurent, on peut aussi sillonner les monts du Cantal en boucles sur deux ou trois jours pour apprivoiser ces beaux reliefs à son rythme.

Empruntant cols et crêtes aériennes, vertes estives et cirques isolés, le GR 400 rayonne autour de la spectaculaire pyramide du Puy Mary (1 783 m) que l’on peut aborder depuis le col de Prat de Bouc, Albepierre-Bredons, Laveissière, la station du Lioran, Le Claux, le col d’Eylac, Le Falgoux, Le Fau, Mandailles ou Thiézac.

CDT15/D.Frobert

Du Plomb du Cantal au Puy Mary

A partir de Super-Lioran, la boucle de la Vallée de la Cère (38,5 km) offre un beau point de vue sur le Puy Griou (1 690 m), pénètre dans Thiézac et revient par le Plomb du Cantal (1 855 m), point culminant du département.

La boucle du cirque glaciaire du Falgoux (39 km) vous entraîne du puy Violent au Puy Mary. On peut aussi gravir ce Grand Site de France par le circuit de la Vallée de la Jordanne (34 km) : depuis Mandailles, on remonte vers le Puy Griou, on suit les crêtes pour passer la fameuse Brèche de Roland qui mène au célèbre Puy Mary, puis au Puy Chavaroche.

Chaussures de marche bien lacées et sac au dos, on se lance sans plus attendre à la découverte du massif cantalien, au plus proche de la nature. En ayant bien à l’esprit que les sentiers sont pratiquables de mi-mai à mi-novembre, que 100 mètres de dénivelé positif à pied équivalent à environ 1 km sur du plat. Et qu’un bon marcheur met environ une heure pour gravir 400 m…

 

Textes : Catherine Levesque

Vos favoris

Votre panier est vide.